affaire bellemare suite

Aller en bas

affaire bellemare suite

Message  Admin le Jeu 31 Aoû - 15:51



La publication de Noëlle Sarrola, qui livre sa « Version des faits » sur l’exfiltration de Pierre Conty, éclaire d’un jour nouveau l’affaire du « Tueur fou de l’Ardèche »...



C’est « sa » version des faits. Noëlle Sarrola retrace dans un ouvrage qui vient de paraître comment, en 1977, elle a aidé Pierre Conty, quatre jours seulement après les meurtres de trois hommes dont un gendarme, à quitter la France.
En 1977, Noëlle Sarrola a 25 ans. Elle élève des chèvres avec son compagnon, Simon, dans la Drôme, dans une maison isolée, la Hurle. De Conty, elle connaît ce qu’en disent les routards de passage ; et conserve le souvenir d’une seule rencontre : son troupeau a été acheté à Rochebesse, chez lui, deux ans auparavant.







Dans son livre, elle raconte comment, ce 28 août 1977, l’homme le plus recherché de France échoue chez elle, sans prévenir, en l’absence de son compagnon.
L’auteur se défend d’apporter « un témoignage » dans l’affaire. « C’est un roman autobiographique » insiste Noëlle Sarrola. « Les scènes sont toutes véridiques, mais les dialogues sont romancés »





Quelques jours après ses crimes, Conty a trouvé refuge en Ardèche. De là, il remonte dans la Drôme. Noëlle Sarrola dit qu’elle a appris en 2015 que son compagnon avait donné son accord pour le planquer mais sans la mettre au courant. Dans son livre, elle explique comment elle a pris les choses en main : faux papiers, changement de look et choix d’une destination où il ne peut pas être extradé.
À la lecture se dessine le portrait d’un Conty en cavale qui, peu à peu, prend conscience de ses crimes, dans ce qu’ils vont irrémédiablement changer le cours de son existence. Sans pensée véritable pour ses victimes et leurs familles.
« J’ai le souvenir de quelqu’un d’un calme incroyable. Il ne savait absolument pas où aller. Le hold-up a été fait dans la plus grande “impréparation”, ce qui explique la panique qui a suivi » se souvient-elle.



En réalité, il avait surtout envie d’en découdre. Il faisait partie de ces jeunes frustrés de ne pas être allés jusqu’au bout en 1968 et qui pensaient pouvoir jouer un rôle déterminant dans la suite des événements.
Ça n’a pas été du tout le cas ! Et d’ailleurs, après l’affaire Conty, les communautés se sont effondrées. Personne n’avait de quoi être fier de ce qui s’était passé, ça a été un désastre magistral ».
Noëlle Sarrola n’a jamais revu Conty, après l’avoir aidé à filer. Elle a eu de ses nouvelles un an et demi plus tard - il allait bien et était arrivé à destination. « Je n’ai jamais cherché à en savoir plus. Je me suis vite empressée d’oublier tout ça… ».

Elle a surtout du attendre que le temps soit passé , pour qu'il y ait prescription , et ne pas être inculpée de complicité de 3 meurtres .


Admin
Admin

Messages : 601
Date d'inscription : 02/03/2012

http://lafontaine.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum