MATADOR .....................

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MATADOR .....................

Message  Admin le Mar 27 Juin - 15:52










Un équipe médicale composée de huit personnes
Que retenir de ce communiqué ? Déjà, en termes de moyens, l’UVTF explique que, conformément au règlement taurin, l’infirmerie des arènes d’Aire-sur-l’Adour a été inspectée avant le début de la corrida. L’équipe médicale était composée de huit personnes : un chirurgien, un anesthésiste, quatre infirmières et deux ambulanciers. Par ailleurs, "une ambulance était sur place pour assurer un transfert éventuel".
Ivan Fandiño a été accueilli à 19 h 30 au sein de l’infirmerie des arènes. Après stabilisation du torero et exploration de la blessure, il a été décidé de le transférer à l’hôpital Layné de Mont-de-Marsan dans un convoi "précédé de deux motards de la police et en compagnie d’un médecin anesthésiste-réanimateur".
Des blessures qualifiées "d’irréversibles"
Néanmoins, après avoir été ranimé une première fois sur le trajet vers le centre hospitalier (il y a un peu plus d’une demi-heure de route), Ivan Fandiño a été déclaré mort au centre hospitalier Layné, après un second arrêt cardiaque.
Selon le communiqué, les blessures reçues (arrachement de la veine cave, foie, reins et poumons touchés) ont été qualifiées "d’irréversibles", "l’arrachement de la veine cave (qui transporte la majeure partie du sang jusqu’au coeur, NDLR) est mortel dans quasiment 100 % des cas dans un temps extrêmement bref".
*************











«Tu t’es bien fait encorné, fallait pas faire le kéké». La blague n’est pas passée. Vendredi, l’humoriste de France Inter, Frédéric Fromet, s’est lancé dans une prestation de chant sur la mort du torero espagnol Ivan Fandiño, tué par un taureau le 17 juin lors de la corrida des Fêtes d’Aire-sur-l’Adour (Landes), provoquant de vives critiques de la part de l’Union des villes taurines de France (UVTF) et l’Observatoire national des cultures taurines (ONCT).

Les deux organisations ont annoncé ce dimanche avoir saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). «Même si l’aspect provocateur et de mauvais goût des humoristes ne saurait, par principe, être remis en cause, il apparaît que les limites admissibles de la liberté d’expression que fixent la jurisprudence, ont été largement dépassées», ont-elles déclaré dans un communiqué. Elles réclament «des excuses publiques» de Frédéric Froment, «pour l’honneur de la radio et pour la crédibilité de ses programmes».

«Gicle, gicle tes boyaux», a notamment chanté l’humoriste. «T’es parti comme une bouse», «le sang en gaspacho», «le foie dans la paella», «réduit en chorizo».

****** 1














Admin
Admin

Messages : 448
Date d'inscription : 02/03/2012

http://lafontaine.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum