LES BLAIREAUX EXISTENT ENCORE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LES BLAIREAUX EXISTENT ENCORE

Message  Admin le Jeu 1 Sep - 17:49







La première, à Frênes, s’est déroulée jeudi 18 août 2016. Tandis que 52 chasseurs ont accompagné les louvetiers samedi 20 août 2016 dans les champs de Tinchebray.

Parmi les participants, deux jeunes chasseurs de 22 ans, Alexandre de Magny-le-Désert et Aymeric de Mayenne ont souhaité se joindre au groupe. « Chez nous, il y a moins de battues administratives que par ici, la gale a décimé une bonne partie des renards. Il y a aussi plus de déterrage chez nous ».

Les habitués de Tinchebray constatent une diminution du nombre d’individus dans les champs de maïs. « Avec le vent, ils ont changé de place. À cause de la sécheresse, beaucoup se sont tapis dans les fossés de route, d’autres se cachent dans les rumballers ».

L’ensemble des chasseurs reconnaît que les renards se rapprochent de plus en plus des zones pavillonnaires : « ils s’habituent de plus en plus au bruit. Ils sont moins craintifs et cherchent leur nourriture dans les poubelles. À Saint-Georges-des-Groseillers, on les aperçoit chaque jour dans le lotissement ».






Une cinquantaine de chasseurs et louvetiers s’étaient donné rendez-vous, lundi 15 août, dès sept heures du matin, à Montilly-sur-Noireau pour une battue aux renards, à travers une soixantaine d’hectares de maïs.

« Ce genre de battue s’effectue hors période de chasse, pour la régulation des nuisibles, qui causent beaucoup de dégâts sur les volatiles et sont porteurs de maladies comme la gale dans certains secteurs. N’oublions pas que l’homme est le seul prédateur du renard. »

Les chiens de louvetiers jouent également un rôle important puisqu’ils ont été créancés sur la voie du renard et du sanglier. Le bilan de cette journée s’élève à neuf renards abattus sur douze aperçus. Le but n’est évidemment pas de faire disparaître cet animal mais plutôt de rechercher un juste milieu. Les autres moyens utilisés pour traquer le renard sont le déterrage et le piégeage.

Selon Sébastien Grangeré, l’autre problème préoccupant est celui de la surpopulation des blaireaux qui, eux, ne sont pas classés nuisibles et sont cependant porteurs de la tuberculose. À court terme, des moyens devront être trouvés pour endiguer cette recrudescence.



Admin
Admin

Messages : 423
Date d'inscription : 02/03/2012

http://lafontaine.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum